Aide -mémoire

Oui, ami danseur, tu as bien lu : ceci n'est qu'un aide mémoire.

Car cette page n'a pas pour vocation de remplacer un cours de danse; elle n'est là que pour t'aider à te souvenir de ce que tu auras appris lors d'un stage ou d'un atelier!

Stage ou atelier  où tu auras travaillé la posture, le pas de base, les appuis au sol, et toutes les subtilités de la danse que tu  peux avoir des difficultés à acquérir en regardant une vidéo ou en lisant une fiche technique...

 

Voici donc  quelques explications et vidéos mises à ta disposition.

Les danseurs qui ont aimablement acceptés de se faire filmer ne sont pas des pros, mais font tout leur possible pour rester fidèles à la transmission de leurs aînés.  A toi, ami danseur, d'y apporter ton style si tu le souhaites.

 

Abréviations:  G= garçon  -  F= fille  -  SAM = sens des aiguilles d'une montre  -  SIAM = sens inverse des aiguilles d'une montre


la gavotte d'Arrens. (Bigorre)

Formation : 1 ligne de garçons face à 1 ligne de filles. Pas : marche très souple. Position : main droite-main droite, coude plié à 90° et mains droites à hauteur des épaules. Les mains  restent tenues tout au long de la danse.

A  1 : le couple fait 2 tours SAM, chaque tour en 8 pas, G et F légèrement décalés sur leur gauche.

B 1  chaque danseur tourne sur lui-même , en ralentissant la vitesse de déplacement, les pas étant plus courts: tour SAM pour F, SIAM pour G, on fait 2 tours, 8 pas pour chaque tour. Les mains droites, toujours tenues, s'élèvent quand on est dos à dos et s'abaissent en revenant face à face

A 2 : comme  A 1

B 2 : déplacement latéral du couple, qui reste face à face, sur la gauche du G:  4 pas glissés (pose-ramène x 4). Au 4° pas; le pied ramené n"est pas posé, pour repartir faire 4 pas glissés dans l'autre sens et revenir à la position de départ.



Lous Totchous, les bâtons. (Bigorre)

Cette danse n'est vraisemblablement que la 1° figure d'une danse très ancienne, le Pantelou, aujourd'hui perdue. Danse guerrière, initialement réservée aux garçons, qui n'est pas sans rappeler les combats à l'épée. Par convention, depuis que les filles sont entrées dans cette danse, elles se placent derrière leur cavalier.

 

Formation : en cercle, par couple, G devant F. Pas : polka. Technique: pour les frappés de bâton, le mouvement se fait avec le poignet, le bras ne bouge quasiment pas. Pendant qu'un danseur frappe, l'autre maintient son bâton pour résister à son partenaire.

A : avancée. Le bâton est tenu main droite, le long de la jambe. 16 pas de polka, départ pied droit. Sur le 16° pas, G se retourne SIAM sur lui-même , pour faire face à  F, pendant que F fait le pas sur place,  et ils placent aussitôt les bâtons en croix à hauteur du visage.

B 1:  G frappe le bâton de F. 1er mouvement de droite à gauche, puis 8 coups rapides (croches) et 3 coups lents (noires)  en"aller-retour". Le dernier coup sert d'impulsion pour que le danseur pivote sur lui-même SIAM. B 2 : F frappe le bâton de G. B 3  = B 1. B 4 = B2, en terminant par un pivot simultané des 2 danseurs ( F fait un tour, G fait un tour et demi pour se retrouver SIAM sur le grand cercle.

Quand les musiciens ralentissent pour annoncer la fin de la danse, on termine face à face, les bâtons croisés à hauteur du visage.



La polka piquée du Magnoac

Formation:   une ligne de garçons face à une ligne de filles. Pas : polka piquée simple (talon - pointe - pas de polka latéral), ou double (talon - pointe - talon - pointe - 4 pas de galop ). Tous les pas sont SAUTéSPosition : face à son partenaire, sans se tenir.

A : Déplacement latéral, en commençant pied gauche pour G, pied droit pour F. 4 pas de polka piqué simple.

B : 2 pas de polka piquée double

C'est une danse "jeu", avec un défi : tenir le plus longtemps possible. Si un danseur s'arrête de faire le pas sauté, le couple se retire de la danse. Le ou les derniers qui restent ont gagné. Ce peut être également un concours entre les danseurs et les musiciens.

Les lignes doivent rester bien droites, et les partenaires bien face à face.

Sur la chanson:

"Bonjour, chère Pauline, comment te portes-tu?

Toujours tu fais la mine, pourquoi me la fais-tu?

- Je n'ai pas vu mon ami ce matin, ce qui me cause beaucoup de peine

Je n'ai pas vu mon ami ce matin, ce qui me cause bien du chagrin!"